27.3.22

Rivière, mon dernier roman

 Vient de paraître

aux éditions Cours-toujours

RIVIÈRE

Roman


Distributeur DOD & Cie

Format 13x20cm, 152 pages, 17 €

On peut lire les 20 premières pages : ICI

 

Chroniques

1

ÂMES MORTES. CŒURS SIMPLES. RIVIÈRE, LE DERNIER ROMAN DE LUCIEN SUEL AUX ÉDITIONS COURS TOUjOURS. Une chronique de Georges Guillain sur le site "Les découvreurs".

2

Rivière de Lucien Suel par François Huglo sur Sitaudis.

3

 Lucien Suel, voyage à deux
"Rivière" est le récit d'un deuil sans fin, des confidences amoureuses aux oiseaux du jardin
Dans Le Monde des Livres du 31 mars 2022, un article signé Xavier Houssin dont j'extrais les lignes suivantes :
[...] Pour ce livre, [Lucien Suel] a pris le parti de la plus extrême simplicité. D'un dénuement de forme. Il va à l'essentiel, et c'est cette épure qui donne au texte sa proximité, sa vérité, son émotion. [...]

4

Points de  vue de lecteurs sur Babelio

5

Céline Dereims, libraire à Valenciennes (LesYeux qui pétillent) exprime son enthousiasme pour Rivière dans cette vidéo de 5 mn.

6

Une remarque de Laurent Margantin :  Beaucoup aimé Rivière et le mouvement narratif qui conduit de l'amour exclusif à l'attention à autrui.

7

Littérature : « Rivière », de Lucien Suel, rêveries d’un promeneur solitaire

par Alexandre Fillon dans Sud-Ouest : "Tout en mélancolie, « Rivière » est fait de réminiscences et de promenades dans un temps qui s’étire des années 1960 à nos jours. Il fait bon y naviguer."

8

Jacques Josse a lu "Rivière" pour le site Remue net
Extrait : Le roman de Lucien Suel dit le côté inexorable du temps qui passe (et emporte les vies, use les corps) en suivant l’itinéraire d’un homme attachant qui a assez de bouteille pour savoir que les retours en arrière, parfois coupants comme du verre, ne lui seront favorables que s’il peut les rendre lumineux. C’est ce à quoi il s’adonne. Sans jamais perdre de vue ce quotidien qu’il enrichit en privilégiant les choses simples.

9

L'avis de Virginie Jalain, Librairie Le Bateau Livre (Lille)

Nous sommes très heureux de recevoir le poète et auteur de "La Patience de Mauricette et de "Mort d'un jardinier", "Ni bruit ni fureur", "Angèle ou le syndrome de la wassingue" entre autres ;

Dans son dernier roman, "Rivière", Lucien Suel nous invite à partager la solitude de Jean-Baptiste, veuf inconsolable qui la cultive soigneusement en même temps que ses souvenirs et son jardin : s'il renoue peu à peu avec le monde extérieur et ses semblables, ce n'est pas sans retenue, mais avec le filtre d'une sensibilité mise à rude épreuve et des émotions difficilement apprivoisées... D'une poésie et d'une délicatesse absolue.

10 

Article de Christian Defrance dans L'Echo du Pas-de-Calais n° 217 (avril 2022)


11

 

"Bleu comme le souvenir
LUCIEN SUEL Un roman clair où la poésie des choses simples sert de remède aux douleurs du deuil"
Tel est le titre sur deux lignes de l'article que Sébastien Lapaque consacre à Rivière dans Le Figaro Littéraire du jeudi 5 mai 2022.
 
12
 
Article sur le  blog Main Tenant : Nous sommes dans l’émerveillement littéraire. Entre l’Artois et l’Ardèche, avec une excursion à Rome. On croise des poètes, des musiques, où l’amour s’est logé pour longtemps.
 
13
 
Podcast de mon entretien sur "Rivière" avec Jean Pasqualini sur Radio PFM le 1er mai à Arras. Joli moment de radio en direct.
Entretien de 0 à 40'25, puis à la demande de J. P., lecture de mon poème sur Patti Smith suivie de "Howl" de A. Ginsberg (version live par la chanteuse)
 
14
 
Jean-Michel Raveu inaugure son nouveau blog "Textures" en y publiant une magnifique note de lecture sur "Rivière".
Extrait : [...] une intensité, une émotion peu communes. Simple. Juste. Sobre. J'y apprécie une fois de plus au plus haut point l'absence d'effets de manche, l'épure où me semble-t-il l'émotion qui nous touche naît des mots posés et ajustés avec un soin patient et de ce qu'ils nous décrivent et nous racontent.
Rivière, on s’y baigne, le flot en est étonnamment paisible, d’une sagesse fluide et mélancolique, ode à une vie simple, d’humanité au quotidien.
[...]

15

Sophie Selliez a beaucoup aimé "rivière", elle en parle sur son blog "Du merveilleux dans l'ordinaire", et sur ses comptes Babelio et Instagram 

Extrait : J'ai adoré la plume incroyablement poétique de Lucien Suel, pour ce talent qu'elle possède : ne jamais en faire trop, toujours provoquer l'image lumineuse dans une simplicité flirtant avec l'essentiel. Les mots coulent comme la rivière, ils clapotent et nous entraînent dans le flot sans qu'on ait envie de se débattre. La contemplation et le voyage suffisent.

 

16

"River of no return ?" un article de Gérard Lambert-Ullmann sur son blog "Les coudées franches" 
Extrait : Du premier baiser adolescent à la maturité complice ; de Rome à Lisbonne ; de la Belgique à l’Ardèche ; du Reggae des Caraïbes au Jazz de New York, Jean Baptiste creuse le temps. Cajolé par les oiseaux dont Claire lui rappelle les onomatopées -Piii witt crouou spitivitt- Jean Baptiste, soignant ses souvenirs comme il soigne son jardin, ne se retire pas de l’amour ; ne se retire pas de la vie. Il suit le conseil de Claire : Avance sous les arbres dans le souffle du vent. Vis, aime, parle, chante, respire.

 

 

17

Florence Trocmé évoque "Rivière" et en publie un passage dans le chapitre "La Dimension phorique" de son Flotoir à la Rubrique
Solitaire encore, et retrait peut-être

 Extrait : (...) Quel parcours solitaire que celui de Lucien Suel, ou plutôt de son héros dans le très beau livre Rivière paru récemment aux éditions Cours toujours. Plusieurs fils se mêlent là, des éléments de la vie du héros Jean-Baptiste Rivière (dont on se demande s’ils sont autobiographiques ou pure fiction), l’évocation d’un long, très long deuil, celui de Claire, la femme du narrateur, née en 1953, morte en 2001 à l’âge donc de 48 ans d’un cancer du pancréas, présente très fortement dans le livre à travers les multiples évocations d’elle qui traversent J.B. Rivière mais aussi par plusieurs monologues-poèmes, en italique, toujours page de gauche, qui lui donne en quelque sorte la parole depuis un supposé outre-monde. Bien troublant par les questions ici posées : que reste-t-il de nous (étant entendu qu’on est ici hors de tout Royaume des morts, plutôt dans des données matérialistes) ?(...)



 

 

posted by Lucien Suel at 08:58

2 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Où est-ce qu’on like ?

mardi, 03 mai, 2022  
Blogger Unknown said...

Ici, c'est cool.
Ou sur twitter.
Rivière c'est cool partout.
Merci

mardi, 03 mai, 2022  

Enregistrer un commentaire

<< Home